Editorial
Bienvenue sur l'Ademas-pro

Un des critères les plus importants d’efficacité d’une campagne, mis en évidence par les études randomisées parues dans les années 1980, est la participation.

Pour qu’il y ait effectivement une incidence sur la mortalité spécifique due au cancer du sein, la participation doit être supérieure à 60 %.
Depuis la généralisation du dépistage, les taux de participation se sont nettement améliorés en France. L’Alsace se situe à présent dans la moyenne avec cependant une grande hétérogénéité selon les cantons (de 47% à 70%).

Ceci crée des difficultés pour l’ensemble de la profession radiologique. Le Ministre de la Santé l’a bien laissé entendre lors d’une réunion à l’Institut National du Cancer. Si la participation ne dépasse pas de façon significative la barre des 70 %, il est à craindre que non seulement les mammographies dites de dépistage individuel ne seront plus remboursées, mais surtout qu’une décision sera prise quant à l’accréditation individuelle des praticiens pour effectuer des diagnostics et des dépistages mammographiques.

J’espère que le sens des responsabilités qui caractérise la profession permettra de lui éviter une telle éventualité.

Pierre HAEHNEL
Président de l’ADEMAS